Une petite histoire des bâtiments.

Depuis 1807, les grands et petits séminaires sont regroupés dans l’ancien couvent des Récollets (n’oublions pas que les Petits Séminaires sont des collèges – ou des lycées – qui reçoivent des élèves de la 6ème au Baccalauréat et que seuls les Grands Séminaires accueillent les futurs prêtres après le Bac). L’espace étant insuffisant, la volonté de l’époque est de séparer le petit et le grand séminaire.
 En 1867 Monseigneur Le Courtier, Évêque de Montpellier, envisage la construction d'un nouveau séminaire en rachetant l’enclos Farel qui se situe juste à côté du couvent des Récollets (ancienne archives départementales) et sur lequel existe déjà un bâtiment.
Il faudra attendre 20 ans pour que s’y installent les premiers élèves. Le petit Séminaire s’appellera Saint Firmin.
Les pierres de taille utilisées pour les différents éléments de la construction proviendront des carrières des alentours (Vendargues pour les marches et les escaliers, de Saint Géniès des Mourgues et  de Saint Jean de Védas pour le reste). Or la situation économique n’est pas bonne. Des souscriptions sont lancées, mais les fidèles donnent peu. Un hiver long et très rude entraîne de mauvaises récoltes, s’y ajoutent la baisse des prix du vin et une mauvaise année pour les « cocons ».
Le Petit Séminaire Saint Firmin sera enfin inauguré en 1880 par Monseigneur François Marie Anatole de Rovérié de Cabrières.

Le petit séminaire en 1907.


En décembre 1907, en vertu de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, les bâtiments seront abandonnés et immédiatement utilisé par l’armée pour y loger le 81e Régiment d’Infanterie.
Le 18 août 1911, le domaine est attribué à la ville de Montpellier par décret.
Entre 1914 et 1918, pendant la première guerre mondiale, la caserne de Lauwe est utilisée comme un hôpital complémentaire.
Entre juin 1940 et fin 1942, la caserne deviendra un hôpital complémentaire avec une maternité.
En 1944, la milice s’y installe. La caserne sera le lieu d’interrogatoires de résistants, de tortures et d’assassinats.
Jusqu’à la fin 1945, elle redevient un hôpital complémentaire où seront accueillis les prisonniers rapatriés d’Allemagne.
Toutes les casernes militaires de Montpellier vont être transférées à la ville entre 1948 et 1954, sauf le quartier Lepic et la caserne de Lauwe.
Ce n’est qu’en 2010 que le ministère de l’Education Nationale rachète au ministère des Armées l’ensemble des locaux pour les transformer en établissement scolaire.

Les conseils d'administration

Retrouver en ligne les comptes rendus des différents conseils d'administration : 1er juin 2017 : Pv Ca 01 06 2017 0342266d Publish at Calameo

Organigramme

Retrouver l'organigramme de l'établissement mis à jour le 7 octobre 2017.